accueil

Il y a une vingtaine d’années, j’ai commencé à pratiquer le batik par curiosité et par jeu…

Très vite, cet intérêt s’est transformé en véritable passion, le jeu de la texture des tissus, de la cire fondue et des couleurs offrant d’innombrables possibilités d’expression. Au fil des ans, l’envie d’en découvrir davantage s’est précisée et j’ai recherché de nouvelles techniques de réserve. C’est alors que j’ai découvert les shiboris. Terme japonais englobant des techniques de serrages, plissages, coutures,… permettant une infinité de combinaisons et des résultats à vous couper le souffle de délicatesse. Je n’étais pas au bout de mes découvertes…

En m’interrogeant sur les coloris que j’utilisais (sachets de pigments sans composition spécifiée), je me suis intéressée aux couleurs végétales. La rencontre de Michel Garcia a été déterminante pour la suite de mon parcours. Ce « maître teinturier », tout en sensibilité et en partage, m’a fait découvrir l’univers de la botanique, de la chimie, la douceur et la force des coloris offerts par la nature à portée de mains…

Dès lors, tout se rejoignait.

Moi qui adore voyager, le voyage m’était offert comme un cadeau. Voyage à la rencontre des techniques des peuples du monde et voyage à la recherche des couleurs dans l’univers proche…

C’est donc, guidée par ma curiosité, que j’ai cherché et expérimenté les diverses techniques utilisées à travers le monde car quelles que soient les techniques de réserve (cire, pâte de riz, serrages, plissages,…) et quels que soient leur noms (mokume, siti,…), les techniques de batik et shibori se retrouvent dans toutes les cultures sur le globe. En effet, pour bon nombre de peuples, les décorations (bien souvent de vêtements) reflètent leur culture, leur art de vivre et la transmission de leurs traditions. Et, chacun, disposant de ses propres techniques ancestrales et des plantes de son environnement, laisse libre cours à son imagination et à ses propres créations.

Ainsi, partout dans le monde, nous sommes nombreux à encore expérimenter et découvrir de nouvelles techniques de réserve ou d’impressions, de nouvelles plantes nous donnant telle ou telle couleur,… C’est un monde à l’infini où toutes les explorations sont encore libres et possibles…

Et ainsi, je découvre, apprends, expérimente, crée et… partage avec vous.